Espace des Citations

Retour au siteIndex Les thèmesLes auteurs

RechercherCoups de cœurNouveautés





#4251
Et leurs lèvres s'ouvrir comme des fleurs sanglantes. (Théodore de Banville, Les Princesses)
#2113
Je suis vraiment de bonne foi, même si je n'y crois pas du tout. (Gao Xingjian)
#7763
Bérénice aimait, d'une de ces avenues, dont elle oubliait toujours l'ordre de succession, se jeter dans une rue traversière et gagner l'avenue suivante, comme elle aurait quitté une reine pour une fille, un roman de chevalerie pour un conte de Maupassant. Chemins vivants qui menaient ainsi d'un domaine à l'autre de l'imagination [...] ( Louis Aragon, Aurélien )
#436
Brume: le monde y repose encore.
Bois et prairies rêvent encore.
Bientôt, quand tomberont les voiles,
Tu te retrouveras le ciel bleu;
Le monde atténué, qu'exaltera l'automne,
Ruissellera d'or chaleureux.
(Edouard Morïke, Matin de Septembre)
#7811
Enfin des lumières à ras des flots ont paru ; c'était Beyrouth (Gustave Flaubert, Correspondance)
#3464
Nous sommes tous l'heure qui sonne. (Blaise Cendrars)
#5209
Il est plus difficile de se défendre de l'amertume dans la pauvreté que de l'orgueil dans l'opulence. (Confucius, Entretiens du Maître avec ses disciples)
#7987
C'est l'imagination qui singularise, l'imagination qui arrache à la banalité, à la répétition, à l'uniformité. (Eric-Emmanuel Schmitt, Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus, Le Livre de Poche, p. 35)
#5474
Jurisprudence, philologie, critique, langues savantes et étrangères, histoire ancienne et moderne, histoire littéraire, traductions, éloquence et poésie, il remua tout, il embrassa tout. (Jean le Rond d' Alembert, Eloges; Bouhier)
#6106
Le siècle de la vitesse n'a été sérieusement combattu jusqu'ici que par la prolifération des salles d'attente. (Albert Brie, Le mot du silencieux)
#1792
La mort vient assez tôt sans qu'on l'aille chercher. (Urbain Chevreau, Épitre)
#2929
Quand au génie, c'est affaire de biologie. (Etiemble)
#579
Vous n'avez plus de droit de consommer le bonheur sans le produire que de consommer la santé sans la produire. (George-Bernard Shaw, Candide)
#468
Et je sens des baisers qui me viennent aux lèvres. (Arthur Rimbaud, Poésies)
Commentaire : citation tirée de "A la musique"
#5009
Il n'y a que la gloire qui dispense de la politesse. (Jules Barbey d'Aurevilly, Disjecta Membra)
#5089
Il résolut de mourir. Non pas pour se tuer, mais pour cesser de vivre. (Alphonse Allais)
#1509
Ah! celui-là vit mal qui ne vit que pour lui. (Alfred de Musset, la Coupe et les Lèvres)
#664
Oh! L'amour d'une mère! - amour que nul n'oublie! (...) (Victor Hugo)

#6976
Cœlio. [...] Pourquoi ce qui te rendrait joyeux et empressé, ce qui t'attirerait, toi, comme l'aiguille aimantée attire le fer, me rend-il triste et immobile ? Qui pourrait dire: ceci est gai ou triste ? La réalité n'est qu'une ombre. Appelle imagination ou folie ce qui la divinise. - Alors la folie est la beauté elle-même. Chaque homme marche enveloppé d'un réseau transparent qui le couvre de la tête aux pieds: il croit voir des bois et des fleuves, des visages divins, et l'universelle nature se tient sous ses regards des nuances infinies du tissu magique. [...]
(Alfred de Musset, Les Caprices de Marianne - Acte I, scène 1)
#6169
Une démocratie bien comprise n'est pas un régime qui maintienne artificiellement entre les hommes une égalité chimérique; c'est un régime de libre sélection qui n'assigne d'autre limite à l'ascension sociale que les limites même de l'effort et de la volonté de l'individu. (Edouard Herriot, D'une guerre à l'autre 1914-1936; avril 1916)



Retour au site   Index Rechercher F.A.Q. Les auteurs Les thèmes Coups de cœur
© EspaceFrancais.com | Tous droits réservés.
7585 citations, 2 citation(s) en attente de validation